Expositions automnales

Je vous propose aujourd’hui un petit tour d’horizon de quelques œuvres admirées au détour d’expositions parisiennes.

En effet, deux splendides expositions se terminent cet automne, qui, contre toute attente, rassemblent quelques points communs : la rétrospective « David Hockney », au Centre Pompidou et « Paysages Japonais » au Musée Guimet.

David Hocney, A closer winter tunnel, 2006, Art Gallery of New South Wales, Sydney

David Hockney, A closer winter tunnel, 2006, Art Gallery of New South Wales, Sydney

Kesai Eisen, 69 relais du Kisokaido, Oi, 1835-40

Kesai Eisen, 69 relais du Kisokaido, Oi, 1835-40

David Hockney, peintre contemporain, semble a priori fort loin des estampes japonaises du 19ème siècle. Son goût pour la couleur, vive, parfois même criarde ou violente, affirmé surtout à partir des années 1970, n’a rien de commun avec les douces nuances pastel des graveurs japonais.

David Hockney, Hollywood Hills House, 1980, Walker Art Center, Minneapolis

David Hockney, Hollywood Hills House, 1980, Walker Art Center, Minneapolis

En revanche, le travail de la planéité chez David Hockney est à rapprocher des maîtres japonais : perspectives redressées, comme « clouées » sur la toile, points de vue multiples qui se dévoilent au fur et à mesure du tableau.

Utagawa Hiroshige, Atagoyama à Shiba, 1840

Utagawa Hiroshige, Atagoyama à Shiba, 1840

David Hockney, Going up Garrowby Hill, 2000

David Hockney, Going up Garrowby Hill, 2000

Bien sûr, Hockney puise à d’autres sources d’inspiration : Going up Garrowby Hill, par la virtuosité de ses perspectives vertigineuses, rappelle les oeuvres du célèbre peintre américain des années 1930 Grant Wood.

Grant Wood - Landscape - 1930

Grant Wood – Landscape – 1930

David Hockney, The road accross the Wolds, 1997, collection privée

David Hockney, The road accross the Wolds, 1997, collection privée

David Hockney, Man in Shower in Beverly Hills, 1964, Tate Britain, Londres

David Hockney, Man in Shower in Beverly Hills, 1964, Tate Britain, Londres

L’étude du corps, nu et presque démuni, n’est pas sans rappeler les toiles de Francis Bacon, l’aspect tragique en moins.

Francis Bacon, Triptych May-june 1973, collection privée

Francis Bacon, Triptych May-june 1973, collection privée

Enfin, l’exposition du Centre Pompidou vaut le détour pour découvrir les œuvres de jeunesse de Hockney, qui ont pu inspirer des peintres comme Jean-Michel Basquiat notamment.

David Hockney, I'm in the mood for love, 1961, Royal College of Art, Londres

David Hockney, I’m in the mood for love, 1961, Royal College of Art, Londres

Pour faire transition avec l’exposition proposée par le Musée Guimet, « Paysages japonais, de Hokusai à Hasui », je vous proposer d’admirer cette œuvre d’Hockney, montrant toute sa réceptivité au charme discret et évanescent des estampes japonaises.

David Hockney, Mount Fuji and flowers, 1972, Metropolitan Museum, New York

David Hockney, Mount Fuji and flowers, 1972, Metropolitan Museum, New York

Katsushika Hokusai, Vent frais par matin clair,1831-1833 Musée Guimet, Paris

Katsushika Hokusai, Vent frais par matin clair,1831-1833, Musée Guimet, Paris

Les estampes exposées au Musée Guimet déploient une finesse de trait, une subtilité dans la pose des couleurs propres aux artistes japonais des 18è et 19è siècles.

Utagawa Hiroshige, Cerisiers en fleur à Yoshino dans la province de Yamato, 1859-1860, Musée Guimet, Paris

Utagawa Hiroshige, Cerisiers en fleur à Yoshino dans la province de Yamato, 1859-1860, Musée Guimet, Paris

Kawase Hasui, Pluie du soir à Matsunoshima, 1920, Musée Guimet, Paris

Kawase Hasui, Pluie du soir à Matsunoshima, 1920, Musée Guimet, Paris

Kawase Hasui, Vue nocturne d'une artère, 1924

Kawase Hasui, Vue nocturne d’une artère, 1924

J’ai eu la chance de visiter, par la même occasion, l’exposition « 113 Ors d’Asie » également présentée au Musée Guimet.

Après le velouté de la touche colorée, place à la rutilance de l’or, aux déhanchés sensuels et à la débauche de détails !

Cosmogramme avec au centre le Mont Meru, Chine du Nord, 18e siècle, Laiton doré

Cosmogramme avec au centre le Mont Meru, Chine du Nord, 18e siècle, Laiton doré

Costume de cour ou de danseur, Birmanie, dynastie Konbaung (1752-1885), milieu ou fin du 19e siècle, Coton et velours de soie brodé de fils d'or, applications de sequins et de perles

Costume de cour ou de danseur, Birmanie, dynastie Konbaung (1752-1885), milieu ou fin du 19e siècle, Coton et velours de soie brodé de fils d’or, applications de sequins et de perles

Hitomi Hosono, Zenmai, 2016

Hitomi Hosono, Zenmai, 2016

Pendentif en forme d'oiseau, Inde, Empire moghol (1526-1857), 17e siècle, cristal de roche, émeraude, or, perle, rubis

Pendentif en forme d’oiseau, Inde, Empire moghol (1526-1857), 17e siècle, cristal de roche, émeraude, or, perle, rubis

Trident d'oracle, Tibet, 17ème siècle environ, fer martelé, incrusté d'or et d'argent

Trident d’oracle, Tibet, 17ème siècle environ, fer martelé, incrusté d’or et d’argent

Virupaksha, roi-gardien de l'ouest, Tibet, 15e siècle, cuivre doré, incrusté de pierres

Virupaksha, roi-gardien de l’ouest, Tibet, 15e siècle, cuivre doré, incrusté de pierres

Vishnu, Népal, 16e siècle, cuivre doré avec traces de polychromie

Vishnu, Népal, 16e siècle, cuivre doré avec traces de polychromie

Pour plus de détails sur l’exposition « 113 ors d’Asie », consultez ce billet sur le blog d’Alain Truong.

5 réflexions au sujet de « Expositions automnales »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.