C’est l’été, que lisez-vous ?

Aujourd’hui, je vous propose un « C’est lundi que lisez-vous ? » spécial été ! Je vous rappelle le principe de ce rendez-vous organisé sur le blog de Galleane :

« Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ? »

Je termine la trilogie de Gabriel Katz, Le Puits des Mémoires. Les personnages attachants et l’intrigue aux multiples rebondissements font de cette série un moment de lecture très agréable.

Lire la suite

Publicités

Umberto Boccioni – Le prisme de la ville moderne

Umberto Boccioni, Les forces d'une rue, 1911

Umberto Boccioni, Les forces d’une rue, 1911, Osaka City Museum of Modern Art

Dans la nuit, un tramway déboule parmi les passants et les fiacres réduits à des silhouettes ou des ombres.

Cette œuvre du peintre Umberto Boccioni est représentative du mouvement futuriste se développant en Italie au début du 20ème siècle.

Lire la suite

C’est lundi que lisez-vous #12

De retour pour le rendez-vous littéraire du lundi organisé par le blog de Galleane. Le principe est simple :

« Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ? »

La semaine passée, j’ai terminé La Zone du dehors d’Alain Damasio, que j’ai chroniqué ici, et Les Lions d’Al-Rassan, de Guy Gavriel Kay.

Ce roman a été une jolie découverte : dans une Espagne fantasmée du temps des califes, plusieurs royaumes s’affrontent pour la conquête du territoire et/ou le triomphe de leur foi. Les manœuvres politiques sont subtilement distillées tout au long du roman et ce n’est qu’à la fin que tout s’accélère (un peu trop à mon goût).

Lire la suite

C’est lundi que lisez-vous #11

De retour pour le rendez-vous littéraire du lundi organisé par le blog de Galleane. Le principe est simple :

« Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ? »


La semaine dernière, j’ai lu Le Cercle des poètes disparus de N.H. Kleinbaum.
L’intrigue : un jeune professeur de littérature révolutionne l’enseignement archaïque et castrateur d’un lycée de la haute société américaine. Grâce à lui, ses élèves s’épanouissent et se révèlent à eux-mêmes.
Lire la suite

Jules Verne et la notion d’exploit

En réponse à une suggestion de l’auteure Alpheratz – dont j’ai chroniqué le roman Requiem – je vous parle aujourd’hui du thème de l’exploit dans la littérature, à travers l’œuvre de Jules Verne.

Tout chez cet auteur tend en effet à célébrer l’exploit, tant scientifique, physique, que moral.

La prouesse scientifique est au cœur de nombre de romans de Jules Verne, à travers des inventions qui, bien souvent, seront réalisées au 20ème siècle.

Alphonse De Neuville, Edouard Riou, J'étais prêt à partir, Illustration de 20 000 lieues sous les mers, 1871

Alphonse De Neuville, Edouard Riou, J’étais prêt à partir, Illustration de 20 000 lieues sous les mers, 1871

Lire la suite

L’art du portrait : le visage en question #7

⇒ Lire les articles précédents : #1 ; #2 ; #3 ; #4 ; #5 ; #6

Le visible n’a de sens que si on en devine l’invisible. En effet, lorsque nous observons un objet, par exemple un cube, nous n’en voyons en réalité qu’une portion. Mais notre esprit a cette faculté particulière de reconstruire la partie manquante. La peinture ne peut imager toute l’infinité du non visible, mais elle nous en suggère la présence.

L’opacité, effet produit notamment grâce à l’usage de glacis, évoque la difficulté à voir tout en aiguisant notre désir de voir. En ce sens le voile est un procédé de séduction : il joue sur l’écart, l’esquive et l’allusion pour charmer le spectateur et faire travailler son imaginaire.

Lire la suite

L’art du portrait : le visage en question #6

⇒ Lire les articles précédents : #1 ; #2 ; #3 ; #4 ; #5

Si l’œuvre cherche à présenter une réalité, c’est une réalité proprement picturale, qui s’exprime sur le mode de l’irréalisation ; ici irréalisation de la copie.

Zoran Music, Autoportrait, 1990, Galerie Ditesheim, Neuchatel

Zoran Music, Autoportrait, 1990, Galerie Ditesheim, Neuchatel

Un mouvement de fluctuation perpétuelle entre apparition et disparition amène le sujet dans un entre-deux entre présence et absence, se manifestant par le clair-obscur chez Zoran Music. Une technique parfois reprise par Hélène Schjerfbeck, notamment dans son Autoportrait vert « lumière et ombres » et Eugène Leroy dans un Autoportrait de 1962.

Lire la suite

L’épouse de bois

Aujourd’hui, au détour d’un méandre de la Labyrinthèque, je vous propose de découvrir un livre étonnant, où la puissance et la magie de la nature sont célébrées.

L’épouse de Bois de Terri Windling raconte l’histoire de la poétesse Maggie Black, débarquée dans les Rincons en Arizona, où elle hérite de la maison d’un confrère poète. Là, elle y découvre la vie dans le désert, ses habitants, humains mais aussi esprits de l’eau, de la nuit, des arbres ou encore du vent…

Brian Froud, Elfin Knight, 1976

Brian Froud, Elfin Knight, 1976

Loin d’une vision lumineuse, Terri Windling en appelle aux mythes chamaniques amérindiens et dépeint des êtres sombres, aux préoccupations étrangères à l’humanité. Tantôt curieuses, tantôt cruelles, ces créatures fascinantes sont à jamais inquiétantes.

Lire la suite