Expositions automnales

Je vous propose aujourd’hui un petit tour d’horizon de quelques œuvres admirées au détour d’expositions parisiennes.

En effet, deux splendides expositions se terminent cet automne, qui, contre toute attente, rassemblent quelques points communs : la rétrospective « David Hockney », au Centre Pompidou et « Paysages Japonais » au Musée Guimet.

David Hocney, A closer winter tunnel, 2006, Art Gallery of New South Wales, Sydney

David Hockney, A closer winter tunnel, 2006, Art Gallery of New South Wales, Sydney

Kesai Eisen, 69 relais du Kisokaido, Oi, 1835-40

Kesai Eisen, 69 relais du Kisokaido, Oi, 1835-40

Lire la suite

Publicités

Les anges ne vieillissent pas – à propos d’Henri Matisse et Marc Chagall

On a souvent dit des artistes Henri Matisse et de Marc Chagall qu’ils sont des chantres de la couleur. Bien au-delà, ils sont de véritables conteurs de la joie de vivre.

Marc Chagall, La Danse, 1950-1951, Paris, Centre Pompidou

Marc Chagall, La Danse, 1950-1951, Paris, Centre Pompidou

Pour tous les deux, la révélation de la couleur comme expression de l’émotion créatrice se fait progressivement pour atteindre un apogée au milieu du 20è siècle.

Lire la suite

Quéquette en toc et tétin flétri – Poésie fleurie des siècles derniers

Petite réjouissance littéraire du jour : deux poèmes de l’Antiquité et de la Renaissance. Attention, langage cru, laideur et comique sont au rendez-vous :

Dans le premier texte, extrait des Priapées (1er siècle), Priape, affligé d’un pénis géant et d’une lubricité égale, s’adresse à une femme :

« Tu me regardes comme une marionnette,
Avec une serpette de bois et une quéquette en toc.
Cette quéquette je te la fourrerai, tu te la prendras tout entière enfourrée, à la loyale,
Et tu vas en sentir la taille.
Elle est plus raide qu’un treuil, plus bandée qu’une lyre
Et je te l’enfoncerai jusqu’à la septième côte.

Lire la suite

Gustave Moreau et le pinceau enchanté

Voilà un titre qui sonne comme un conte de fées, et en effet, Gustave Moreau (1826-1868) est un artiste aux dons très particuliers. D’une culture éclectique, son œuvre est complexe et fondatrice de la modernité du 20ème siècle.

Gustave Moreau, Les Sirènes, 1872

Gustave Moreau, Les Sirènes, 1872

Chez Moreau, la couleur est très libre, mais rationalisée par la ligne graphique qui la cloisonne et sculpte les moindres détails. Ceux-ci semblent tantôt brodés, tantôt ciselés (Moreau revendiquait l’influence de l’émail), notamment dans Le Triomphe d’Alexandre le Grand.

Gustave Moreau, Le triomphe d'Alexandre le Grand, détail, 1873-1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Gustave Moreau, Le triomphe d’Alexandre le Grand, détail, 1873-1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Lire la suite

Lectures de l’été

Après de méritées vacances, la Labyrinthèque reprend du service !

Loin d’être restée inactive, voici le bilan des lectures de vacances, entre biographies romancées, fantastique, romans historiques, romans d’aventures, et romans pour enfants !

Couverture de l'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford de Ron Hansen

Couverture de l’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford de Ron Hansen

Lire la suite

L’heur(e) des vacances

La Labyrinthèque prend des vacances en juillet !

Pendant ces quelques semaines sans nouveau billet, vous pourrez donc vous perdre à loisir dans les méandres des archives de la Labyrinthèque et croiser, au hasard :

Jean-François Rauzier, bibliothèque de Babel, 2013

Jean-François Rauzier, bibliothèque de Babel, 2013

Lire la suite

Au pays de Jaimadire…

Dans la série « cure de jouvence instantanée » la Labyrinthèque rend aujourd’hui hommage à Georges Chaulet et à sa série Le Petit Lion.

Image extraite de la série Titus Le petit lion, ORTF, années 1960-70

Image extraite de la série Titus Le petit lion, ORTF, années 1960-70

Enfant ou adulte, quel plaisir de suivre les personnages hauts en couleur dépeints par Chaulet dans leurs aventures pétillantes !

Lire la suite

Mona Lisa et compagnie

La Joconde est un sujet de réinterprétation, et notamment de pastiche, abondamment utilisé par les artistes du XXème siècle.

Et vous, laquelle préférez-vous ? Le choix est vaste car l’icône a été copieusement maltraitée : une Joconde juvénile et obèse, une Joconde travestie, une Joconde barbouillée ?

Fernando Botero, Mona Lisa à l'âge de douze ans, 1959, New York, MoMA

Fernando Botero, Mona Lisa à l’âge de douze ans, 1959, New York, MoMA

Lire la suite