Gustave Moreau et le pinceau enchanté

Voilà un titre qui sonne comme un conte de fées, et en effet, Gustave Moreau (1826-1868) est un artiste aux dons très particuliers. D’une culture éclectique, son œuvre est complexe et fondatrice de la modernité du 20ème siècle.

Gustave Moreau, Les Sirènes, 1872

Gustave Moreau, Les Sirènes, 1872

Chez Moreau, la couleur est très libre, mais rationalisée par la ligne graphique qui la cloisonne et sculpte les moindres détails. Ceux-ci semblent tantôt brodés, tantôt ciselés (Moreau revendiquait l’influence de l’émail), notamment dans Le Triomphe d’Alexandre le Grand.

Gustave Moreau, Le triomphe d'Alexandre le Grand, détail, 1873-1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Gustave Moreau, Le triomphe d’Alexandre le Grand, détail, 1873-1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Lire la suite

Lectures de l’été

Après de méritées vacances, la Labyrinthèque reprend du service !

Loin d’être restée inactive, voici le bilan des lectures de vacances, entre biographies romancées, fantastique, romans historiques, romans d’aventures, et romans pour enfants !

Couverture de l'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford de Ron Hansen

Couverture de l’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford de Ron Hansen

Couverture du Déchronologue de Stéphane Beauverger

Couverture du Déchronologue de Stéphane Beauverger

Couverture de l'Atlantide de Pierre Benoit

Couverture de l’Atlantide de Pierre Benoit

Couverture des Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur

Couverture des Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur

Couverture des Petites Filles Modèles de la Comtesse de Ségur

Couverture des Petites Filles Modèles de la Comtesse de Ségur

Un petit bonus en allemand histoire de ne pas perdre la main en langues étrangères :

Couverture de Ayla et le Clan des Ours de Jean M. Auel

Couverture allemande de Ayla et le Clan des Ours de Jean M. Auel

N’hésitez pas à découvrir mes critiques sur SensCritique.

Au programme pour adoucir le mois d’août :

Couverture des Scarifiés de China Miéville

Couverture des Scarifiés de China Miéville

Couverture de l'Iliade d'Homère

Couverture de l’Iliade d’Homère

Et vous, que lisez-vous cet été ?

L’heur(e) des vacances

La Labyrinthèque prend des vacances en juillet !

Pendant ces quelques semaines sans nouveau billet, vous pourrez donc vous perdre à loisir dans les méandres des archives de la Labyrinthèque et croiser, au hasard :

Jean-François Rauzier, bibliothèque de Babel, 2013

Jean-François Rauzier, bibliothèque de Babel, 2013

Lire la suite

Au pays de Jaimadire…

Dans la série « cure de jouvence instantanée » la Labyrinthèque rend aujourd’hui hommage à Georges Chaulet et à sa série Le Petit Lion.

Image extraite de la série Titus Le petit lion, ORTF, années 1960-70

Image extraite de la série Titus Le petit lion, ORTF, années 1960-70

Enfant ou adulte, quel plaisir de suivre les personnages hauts en couleur dépeints par Chaulet dans leurs aventures pétillantes !

Lire la suite

Mona Lisa et compagnie

La Joconde est un sujet de réinterprétation, et notamment de pastiche, abondamment utilisé par les artistes du XXème siècle.

Et vous, laquelle préférez-vous ? Le choix est vaste car l’icône a été copieusement maltraitée : une Joconde juvénile et obèse, une Joconde travestie, une Joconde barbouillée ?

Fernando Botero, Mona Lisa à l'âge de douze ans, 1959, New York, MoMA

Fernando Botero, Mona Lisa à l’âge de douze ans, 1959, New York, MoMA

Lire la suite

C’est lundi, que lisez-vous ?

La Labyrinthèque participe au rendez-vous littéraire du lundi initié par Mallou et repris par Galleane, le principe est simple :

« Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ? »

Couverture de Premier Sang de Joe Abercrombie

Couverture de Premier Sang de Joe Abercrombie

Suite au premier tome de la trilogie La Première Loi de Joe Abercrombie, Premier sang, lu la semaine passée, j’enchaîne sur le second volet nommé Déraisons et sentiments (traduction assez farfelue du titre original anglais Before they are hanged).

Lire la suite

Black Sails : l’art en filigrane

Après l’analogie entre les détraqueurs d’Harry Potter et les sculptures sous-marines de Jason de Caires Taylor, je vous propose un nouveau parallèle entre art et cinéma.

Plus précisément, nous parlons aujourd’hui de série télévisée avec le générique de Black Sails, dont les inspirations artistiques sont nombreuses et variées.

Black Sails, extrait du générique d'introduction

Black Sails, extrait du générique d’introduction

Le générique, créé par Michelle Dougherty et Karin Fong sous la direction d’Alan Williams, représente des sculptures intriquées faites d’albâtre et de bronze. Ces images, entièrement créées sur ordinateur par le studio Imaginary Forces, sont tributaires de l’art baroque et surtout du style rococo qui imprègne le 18ème siècle européen.

Lire la suite

Amin Maalouf à l’honneur

La Labyrinthèque se joint au rendez-vous mensuel « un auteur à l’honneur », instauré par Nina sur son blog Le Rest’o Littéraire.

Le principe : dédier, une fois par mois, un article à un auteur fétiche et faire découvrir sa production.

Amin Maalouf par Claude Truong-Ngoc, novembre 2013

Amin Maalouf par Claude Truong-Ngoc, novembre 2013

Amin Maalouf est un auteur franco-libanais né en 1949. C’est aussi l’oncle du trompettiste Ibrahim Maalouf (famille de génies !).

Cet auteur a beaucoup voyagé (Liban, Egypte, France) et a une famille aux origines très éclectiques, ce qui a certainement inspiré la profusion des référents culturels dans son œuvre.

Mythologie, histoire, histoire de l’art… la science d’Amin Maalouf est agréablement distillée dans ses romans où l’Orient, réel ou fantasmé, plus qu’un décor, se hausse au rang de sujet.

Lire la suite