C’est lundi que lisez-vous #9

La Labyrinthèque participe au rendez-vous littéraire du lundi initié par Mallou et repris par Galleane. Le principe est simple :

« Il vous suffit chaque lundi de répondre à ces trois questions :
Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ? »

J’ai terminé hier La Case de l’Oncle Tom d’Harriet Beecher Stowe, que je vous recommande dans sa version NON abrégée pour la jeunesse, pour prendre toute la mesure de la revendication politique de l’auteur.

Publié en 1852, avant la guerre de Sécession, ce roman, au-delà de l’histoire d’un esclave noir qui finira battu à mort, agrège de nombreux exemples de la barbarie esclavagiste. Esclaves sexuels, humiliations, familles séparées, enfants assassinés par leurs mères pour leur éviter une vie d’esclavage.

L’auteur dépeint aussi des attitudes plus nobles, comme celle de George Shelby, qui, enfant, a vu son père vendre son esclave Tom, et rendra leur liberté à tous ses esclaves une fois parvenu à l’âge adulte.

Le soutien de la foi chrétienne est aussi très présent ; Tom rassemble tous les esclaves autour de lui pour leur parler de l’amour du Christ, il pardonne même à ses tortionnaires. L’auteur, à travers cette image de la foi chrétienne, tente de montrer que l’humanité, au delà de ses différences, est Une ; la rédemption et l’amour divin sont promis à tous.

Cette semaine et la semaine suivante, je lis Le Cycle de Kane de Karl Edward Wagner. Fantasy épique qui a pour originalité un héros surpuissant qui n’hésite pas à commettre des actes sombres dans sa quête de pouvoir. Sans être la lecture du siècle, le premier roman du cycle, La pierre de sang, est assez divertissant.

Je lis également Latium de Romain Lucazeau. La description de vaisseaux pensants, dérivant dans l’espace depuis la disparition de l’homme, est très intéressante.

L’auteur reprend à son compte les savants grecs ainsi que de nombreux concepts philosophiques, nous amenant à nous questionner sur l‘organisation de l’être. Psyché, facettes de personnalité, stimulus et réactions : au final, le vocabulaire de la machine peut s’appliquer à l’être humain.

Je trouve ces parallèles et leurs limites fascinants. En revanche, côté intrigue, la lenteur exigée par Lucazeau est très pesante. A force d’analyser au plus près chaque fait comme résultat d’un nœud de calculs et de processus, la narration s’écarte du « roman » tel que je le conçois. Je vais quoi qu’il en soit essayer de poursuivre…

6 réflexions au sujet de « C’est lundi que lisez-vous #9 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.