Poétique de la ruine

Aujourd’hui, je vous propose quelques réflexions sur le motif de la ruine architecturale.

Yves Marchand, Romain Meffre, Atrium, Farwell Building, série The Ruins of Detroit, 2005-2010

Yves Marchand, Romain Meffre, Atrium, Farwell Building, série The Ruins of Detroit, 2005-2010

Mélange inextricable d’organique et d’inorganique, la ruine exerce un grand pouvoir de fascination sur les artistes par son caractère dual. Ainsi, les oppositions entre formes géométriques construites et formes végétales fluides, entre couleurs verdoyantes et tons grisâtres sont très souvent mises en avant.

Matthias Haker, Impermanence 133

Matthias Haker, Impermanence 133

Par ailleurs, la ruine fait histoire.

Elle est en effet le reflet d’histoires superposées et décantées dans le temps.

Yves Marchand, Romain Meffre, William Livingstone house, série The Ruins of Detroit, 2005-2010

Yves Marchand, Romain Meffre, William Livingstone house, série The Ruins of Detroit, 2005-2010

Cependant, une fois photographiée, la ruine devient paradoxale. Cette métaphore de la temporalité devient justement figée. Ainsi, si l’on reprend le titre des séries de Matthias Haker, on pourrait dire que les artistes produisent de l’impermanence… permanente.

Matthias Haker, Impermanence 151

Matthias Haker, Impermanence 151

Extrait de l'Age de Cristal de Michael Anderson, 1976

Extrait de l’Age de Cristal de Michael Anderson, 1976

Une autre catégorie de ruines existe depuis l’époque romantique : la ruine imaginaire. Cette dernière touche bien souvent des monuments célèbres : le Louvre dans les toiles d’Hubert Robert, le capitole de Washington dans le film l’Age de Cristal

Cette imagerie fait ici la catharsis de la déréliction de la civilisation. Tout en célébrant le pouvoir de la nature et du temps sur celui des réalisations humaines, ces œuvres montrent qu’une trace subsistera toujours de notre passage, aussi mystérieuse pour les générations futures soit-elle.

Extrait de l'Age de Cristal de Michael Anderson, 1976

Extrait de l’Age de Cristal de Michael Anderson, 1976

Pour en savoir plus :

http://matthiashaker.de/

http://www.marchandmeffre.com/

Cycle de conférences en ligne « Une histoire universelle des ruines » par Alain Schnapp

Article « Nature et fonctions des ruines dans la peinture occidentale » sur le blog Wodka

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s