J.L. Borges – Fictions

Amateurs de science-fiction, de mythologie, de romans policiers et de philosophie, ce recueil de nouvelles est pour vous !

Chaque nouvelle raconte une invention littéraire issue de l’imagination foisonnante de Borges. Dans Tlon Uqbar Orbis Tertius, Borges raconte ainsi, de façon romancée, comment l’on invente un pays.

Dans les Ruines Circulaires, un homme s’imagine un fils qui prend corps tel un fantôme, mais doit bientôt se questionner sur sa propre nature, tout aussi incertaine.

Jean-François Rauzier, bibliothèque de Babel, 2013

Jean-François Rauzier, Bibliothèque de Babel, 2013

Dans La Bibliothèque de Babel, on découvre la ville de Babylone où les destins sont régis par la loterie. Une bibliothèque, supposée illimitée et infinie, devient métaphore de l’univers. En effet, chaque livre et son contraire y existent et de nombreux livres ne comportent que des suite de lettres (pour l’instant) mystérieuses.

Nous suivons ensuite l’enquête de l’officier Lonrot dans La mort et la boussole. Mis sur la piste de la détermination cabalistique du nom de Dieu par un assassin particulièrement retors, l’enquêteur tombe dans un piège…

Dans Le miracle secret, un homme déporté par les nazis demande à Dieu un an pour achever le livre qu’il a entrepris d’écrire dans son esprit. Au moment de son exécution, son vœu lui sera accordé d’une façon que l’on trouvera au choix ironique ou compassionnelle.

L’une des nouvelles les plus intéressantes est celle des Trois versions de Judas, où l’auteur postule que le Christ, pour sauver l’humanité, a choisi la destinée la plus horrible, celle de Judas, qui a été honni et répudié du paradis pour une trahison qu’il a effectuée par humilité. Cette version, qui ne fera pas l’unanimité des croyants, a selon moi le mérite de postuler un sacrifice absolu et sublime. En effet, il fallait quelqu’un pour trahir le Christ afin que celui-ci soit crucifié et accomplisse sa destinée. Judas aurait accepté d’effectuer cet acte et de sacrifier son honneur afin qu’advienne le miracle. « Dieu s’est fait totalement homme, mais homme jusqu’à l’infamie, homme jusqu’à la réprobation et l’abîme […] il choisit d’être un destin infime : il fut Judas ».

Un recueil de nouvelles à lire pour sentir le vertige de l’imagination infinie !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.