Willem De Kooning – Peindre pour en découdre

Jackson Pollock, avec sa technique de l’action painting, n’est pas le seul peintre américain à avoir fait du geste et de l’action des éléments déterminants sa peinture. C’est aussi le cas du peintre Willem de Kooning (1904-1997).

Willem de Kooning, Abstraction, 1949-1950, Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza

Willem de Kooning, Abstraction, 1949-1950, Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza

Pablo Picasso, Grand nu au fauteuil rouge, 1929, Paris, Musée Picasso

Pablo Picasso, Grand nu au fauteuil rouge, 1929, Paris, Musée Picasso

De Kooning est très marqué par l’art de Picasso ; on retrouve ses figures molles et tombantes dans Abstraction. Des éléments structurants de la toile Grand nu au fauteuil rouge y sont d’ailleurs repris. Les visages violents, aux bouches ouvertes dentées, sont par ailleurs une caractéristique partagée des toiles de Picasso et De Kooning.

Willem De Kooning, Woman I, 1950-1952, New York, MoMA

Willem De Kooning, Woman I, 1950-1952, New York, MoMA

De nombreuses œuvres de De Kooning représentent des femmes, plus ou moins vêtues, en position frontale. Ces toiles monumentales font de la femme une figure monstrueuse. Femme carnassière, au maquillage mal posé et à la poitrine obscène. Elle n’a pas de front, donc pas de pensées. Parfois le visage disparaît totalement, seul le corps s’étale, à l’image de la peinture dont la texture est suintante. Lorsqu’il peint, De Kooning emploie une matière très huileuse, glissante, en bref, charnelle. Cette chair offerte, ou plus exactement ouverte, est à la fois le summum de la vulgarité dans son invite sexuelle, et le summum de l’immondice dans sa ressemblance avec une viande écartelée. The Visit prend ainsi la forme du Bœuf écorché de Rembrandt.

Willem De Kooning, The Visit, 1966-67, Tate Britain

Willem De Kooning, The Visit, 1966-67, Tate Britain

Rembrandt, le Boeuf écorché, 1655, Musée du Louvre

Rembrandt, le Boeuf écorché, 1655, Musée du Louvre

La violence qui transparaît dans les toiles de l’artiste provient aussi de leur procédé d’élaboration : De Kooning s’engage parfois dans de véritables corps-à-corps avec la peinture. Le brouillage des touches et des couleurs trahit une volonté de salir.

Au final, la peinture est ici un acte de sublimation, où les décharges d’énergie animale et la brutalité du sexuel deviennent œuvre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.