Jules Verne et la notion d’exploit

En réponse à une suggestion de l’auteure Alpheratz – dont j’ai chroniqué le roman Requiem – je vous parle aujourd’hui du thème de l’exploit dans la littérature, à travers l’œuvre de Jules Verne.

Tout chez cet auteur tend en effet à célébrer l’exploit, tant scientifique, physique, que moral.

La prouesse scientifique est au cœur de nombre de romans de Jules Verne, à travers des inventions qui, bien souvent, seront réalisées au 20ème siècle.

Alphonse De Neuville, Edouard Riou, J'étais prêt à partir, Illustration de 20 000 lieues sous les mers, 1871

Alphonse De Neuville, Edouard Riou, J’étais prêt à partir, Illustration de 20 000 lieues sous les mers, 1871

Pensons aux fabuleuses machines du capitaine Némo dans Vingt mille lieues sous les mers, à l’invention du canon et de la capsule permettant de voyager autour de la lune dans De la Terre à la Lune et Autour de la Lune, à la machinerie pré-robotique du savant Orfanik dans Le Château des Carpathes.

Henri de Monthaut, l'arrivée du projectile Illustration de De La Terre A La Lune, 1865

Henri de Montaut, l’arrivée du projectile Illustration de De La Terre A La Lune, 1865

Jules Verne célèbre aussi les progrès scientifiques de son temps, à travers notamment la vitesse et la mobilité permises par les nouveaux moyens de transport que sont le train (Le Tour du monde en quatre-vingt jours), le dirigeable (Cinq semaines en ballon), les navires (Deux ans de vacances, Le Tour du monde en quatre-vingt jours).

Alphonse de Neuville, Léon Benett, Les différentes moyens de locomotion utilisés par Phileas Fogg et Passepartout dans leurs aventures, Illustration du Tour du Monde en 80 jours, 187

Alphonse de Neuville, Léon Benett, Les différentes moyens de locomotion utilisés par Phileas Fogg et Passepartout dans leurs aventures, Illustration du Tour du Monde en 80 jours, 1873

Jules Verne valorise aussi l’homme et ses aptitudes physiques : l’habileté au tir des adolescents échoués sur une île déserte dans Deux ans de vacances, leur capacité à survivre dans un milieu inhospitalier sont au cœur du roman.

Léon Benett, Ils durent se frayer un passage à la hache, Illustration de Deux ans de vacances, 1909

Léon Benett, Ils durent se frayer un passage à la hache, Illustration de Deux ans de vacances, 1909

Au-delà des aspects matériels, Verne s’intéresse à la psychologie humaine et à ses moments de sublime : le dévouement, la curiosité, le courage. Ces exploits moraux font tout le sel des héros de Verne. Phileas Fogg et son dévoué serviteur Passepartout sauvent ainsi la princesse indienne Aouda du bûcher dans Le Tour du monde en quatre-vingt jours. La capacité de persuasion et de cohésion que développe Michel Ardan pour se rallier Nicholl et Barbicane dans son voyage vers la lune est également célébrée. De même le repentir sincère et le courage du jeune Doniphan qui se jette sur un homme armé pour sauver son camarade Briant avec qui il s’était pourtant querellé, dans Deux ans de vacances.

Le monde de Jules Verne, pour idéalisé qu’il soit, propose toujours un contrepoint à l’exploit : nos héros ont leurs doutes, leurs moments de faiblesse. Nos protagonistes s’y confrontent avec détermination, en cela leur humanité est exemplaire. Ainsi Jules Verne donne au lecteur espoir et inspiration.

10 réflexions au sujet de « Jules Verne et la notion d’exploit »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.