Gustave Moreau et le pinceau enchanté

Voilà un titre qui sonne comme un conte de fées, et en effet, Gustave Moreau (1826-1868) est un artiste aux dons très particuliers. D’une culture éclectique, son œuvre est complexe et fondatrice de la modernité du 20ème siècle.

Gustave Moreau, Les Sirènes, 1872

Gustave Moreau, Les Sirènes, 1872

Chez Moreau, la couleur est très libre, mais rationalisée par la ligne graphique qui la cloisonne et sculpte les moindres détails. Ceux-ci semblent tantôt brodés, tantôt ciselés (Moreau revendiquait l’influence de l’émail), notamment dans Le Triomphe d’Alexandre le Grand.

Gustave Moreau, Le triomphe d'Alexandre le Grand, détail, 1873-1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Gustave Moreau, Le triomphe d’Alexandre le Grand, détail, 1873-1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Dans ses aquarelles, Gustave Moreau laisse la couleur prendre son autonomie jusqu’à parfois se détacher de la forme. Cet enseignement influencera fortement Henri Matisse, élève de Gustave Moreau dans les années 1890, et de façon générale le courant du fauvisme.

Gustave Moreau, Dalila, vers 1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Gustave Moreau, Dalila, vers 1890, Paris, Musée Gustave Moreau

Les personnages de Gustave Moreau ont l’esthétique longiligne et lascive du néo-classicisme (dont Ingres est le représentant). Moreau est sans cesse à la recherche de l’arabesque tout en s’inspirant des poses et silhouettes de la statuaire antique.

Gustave Moreau, Eve, vers 1800-1885, collection privée

Gustave Moreau, Eve, vers 1800-1885, collection privée

L’art de Moreau puise à bien des tendances du 19ème siècle : académisme, romantisme, symbolisme. Son goût pour les maîtres italiens (Raphaël, Michel-Ange, le Titien…) croise celui des miniatures indiennes et persanes, qui lui inspirent aussi bien des lignes sinueuses que des décors opulents et diaprés.

Gustave Moreau, Salomé dansant devant Hérode, 1876, collection particulière

Gustave Moreau, Salomé dansant devant Hérode, 1876, collection particulière

Gustave Moreau, Samson et Dalila, 1882, Paris, Musée du Louvre

Gustave Moreau, Samson et Dalila, 1882, Paris, Musée du Louvre

Les thèmes de Moreau sont aussi d’inspirations variées : mythologie gréco-romaine, Bible, bestiaire fantastique médiéval, œuvres romantiques…

Gustave Moreau, La ballade, vers 1885, collection privée

Gustave Moreau, La ballade, vers 1885, collection privée

Gustave Moreau, Bethsabée, 1890, Paris, Musée du Louvre

Gustave Moreau, Bethsabée, 1890, Paris, Musée du Louvre

Gustave Moreau, Fée au griffon, Paris, Musée Gustave Moreau

Gustave Moreau, Fée au griffon, Paris, Musée Gustave Moreau

Ses œuvres, tant graphiques que peintes, impressionnent par la délicatesse et la précision des motifs, la moire des couleurs, l’intensité émotionnelle qui habite les personnages.

Gustave Moreau, Sapho sur le rocher, 1872, Londres, Victoria & Albert Museum

Gustave Moreau, Sapho sur le rocher, 1872, Londres, Victoria & Albert Museum

Pour pouvoir les apprécier et prendre la mesure des grands formats peints, je vous conseille vivement la visite du Musée Gustave Moreau à Paris.

Gustave Moreau Les licornes, Paris, Musée Gustave Moreau

Gustave Moreau Les licornes, Paris, Musée Gustave Moreau

Pour aller plus loin :

Le site du Musée Gustave Moreau, qui contient une mine d’informations sur l’artiste.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Gustave Moreau et le pinceau enchanté »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s