Entre l’âme et l’obscurité

« Je t’appelle : viens à l’antique escalier en spirale
Concentre-toi de tout ton esprit sur la montée raide,
Sur les créneaux ruinés qui s’effritent,
Sur l’air constellé que nul souffle n’agite,
Sur l’étoile qui indique le pôle caché ;
Concentre toutes tes pensées errantes sur
Ce lieu où la pensée s’élabore :
Qui peut distinguer entre l’âme et l’obscurité ?

[…]

Olivier Debré, Lysne noir, 1974, Galerie Haaken, Oslo

Olivier Debré, Lysne noir, 1974, Galerie Haaken, Oslo

Pourquoi faudrait-il que l’imagination d’un homme
Qui n’est plus dans la fleur de l’âge en revienne à des choses
Qui sont des emblèmes de guerre et d’amour ?
Pense à la nuit ancestrale qui peut,
Si seulement l’imagination méprise la terre
Et l’intellect ses vagabondages
D’une chose à l’autre et à une autre encore,
Te délivrer de ces deux crimes : naître et mourir »

William Butler Yeats, Dialogue entre le Moi et l’Ame (extraits de l’Escalier en Spirale, 1938)

Une réflexion au sujet de « Entre l’âme et l’obscurité »

  1. Ping : Spires | La Labyrinthèque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.