L’arbre et l’oiseau

Paul Klee, oiseau et forêt, 1920

Paul Klee, oiseau et forêt, 1920

« Un peuplier sous les étoiles
que peut-il.
et l’oiseau dans le peuplier
rêvant, la tête sous l’exil
tout proche et lointain de ses ailes,
que peuvent-ils tous les deux
dans leur alliance confuse
de feuillages et de plumes
pour gauchir la destinée.
Le silence les protège
et le cercle de l’oubli
jusqu’au moment où se lèvent
le soleil, les souvenirs.
Alors l’oiseau de son bec
coupe en lui le fil du songe
et l’arbre déroule l’ombre
qui va le garder tout le jour. »

Jules Supervielle, Tiges, extrait du recueil Gravitations suivi de Débarcadères (1925-1956)

Paul Klee, Jardin d'oiseaux, 1924, Munich, Pinakothek der Moderne

Paul Klee, Jardin d’oiseaux, 1924, Munich, Pinakothek der Moderne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.