Microcosme

La sculpture est un médium artistique qui permet de jouer à volonté des changements d’échelle. Dans l’espace urbain, la sculpture se décline le plus souvent de la taille humaine au monument ; il s’agit de produire une oeuvre reconnaissable, qui marque le territoire et donne une identité à la ville. De telles productions sont la plupart du temps pérennes.

Je voudrais aujourd’hui vous parler d’installations urbaines qui, tout à l’inverse, sont « invisibles » et éphémères, à travers l’oeuvre de l’artiste contemporain Slinkachu.

Cet artiste anglais développe depuis 2006 son « Little People Project » : l’installation et la photographie de minuscules personnages dans des zones urbaines insipides voire désaffectées. Tout ce petit monde reste ensuite en place. Les personnages sont rapidement amenés à se dégrader : aléas du temps, passage des véhicules, des citadins, etc.

Slinkachu dépeint un véritable microcosme perdu dans l’immensité des villes actuelles. Dans ces espaces désertés de l’homme, nos minis alter-egos sont dépeints avec humour et mélancolie : de petits ouvriers ramassent les rogatons que nous autres, hommes, avons nonchalamment laissé traîner à côté de containers à déchets, rappelant ainsi le comportement des animaux errants ou encore le travail de recyclage des fourmis.

Slinkachu - Scavengers

Slinkachu – Scavengers

Slinkachu - Localisation de l'installation "Scavengers"

Slinkachu – Localisation de l’installation « Scavengers »

Dans d’autres scènes, des jeunes désœuvrés se retrouvent à méditer sur ce monde. Cette représentation des jeunes de banlieue est émouvante et casse le stéréotype de petits délinquants sans foi ni loi. Chez Slinkachu, ce sont avant tout des êtres fragiles, poétiques même : un de ces petits personnages a cueilli une énorme fleur, apparemment pour lui-même, peut-être dans un geste d’émerveillement devant cette beauté sans prétention…

Slinkachu - Unwanted ones

Slinkachu – Unwanted ones

Slinkachu - Localisation de l'installation "Unwanted ones"

Slinkachu – Localisation de l’installation « Unwanted ones »

Le message de cet artiste : aller à l’encontre de ces villes déshumanisées et déshumanisantes, redonner la primauté à l’observation et au dialogue qui nous permettent d’appréhender l’autre. Ne plus « passer à côté », mais prendre conscience de ceux qui jusqu’alors nous étaient invisibles, car leur fragilité est de notre responsabilité.

« Marches doucement, car tu marches sur mes rêves » disait Yeats.

Slinkachu - Ground zero

Slinkachu – Ground zero

Pour aller plus loin, le site de Slinkachu.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Microcosme »

  1. Ping : L’heur(e) des vacances | La Labyrinthèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s